Pierre Souchaud

L’instant magique d’un miracle spatial et humain

Chez Pierre Souchaud, l’univers du dehors s’agence comme un puzzle immense. Des pans de fragile étendue chromatique, vastes et puissants, s’interpénètrent en un tout dynamique, émouvant et mouvant, dense et instable. Tout pourrait basculer vers un autre éphémère, vers un autre possible. L’incertitude ose dire les saisissements du mystère, et l’étrangeté neuve du monde. Pierre Souchaud n’aime les mortes réponses de la triste raison, ni les piètres victoires des apparences.

L’univers vital ne tient pas en place. Pierre Souchaud ignore l’immobilité mortifère. Ce qu’il saisit est toujours en constante gestation. Art sans cesse métamorphique où le vocabulaire resserré crée des rythmes profonds, où les formes créées se touchent, s’inquiètent, s’auscultent, et s’étreignent.

Sobres et assourdies, les couleurs creusent toute surface, et s’éloignent vers l’insondable. Méditatives, elles ne vont pas au-devant du spectateur. Elles tiennent grandement aux voiles diffus de l’existence. Dans ces vives peintures, le dehors et le dedans se rejoignent, et le monde pictural naît de ces embrassements.

La matière, subtilement travaillée, tient du parchemin d’âme, et de peau lointaine aux sombres plis indéfinis. S’il y a paysage, verticale et abstrait, le corps profond en serait l’horizon caché. Sur fond de douces ténèbres, couleur de vieille terre et de boue intime, surgissent de claires fenêtres chromatiques, fines clartés qui ensemencent l’espace.

Tout bouge, dans cette fine érotique d’univers. Pierre Souchaud a saisi l’instant magique d’un miracle spatial et humain, où les soubresauts de la chair secrète épouseraient les mouvements profonds de l’univers.

Une souterraine sensualité anime l’œuvre tout entière. Les espaces se pénètrent en picturale et secrète extase. Coït cosmique, aux limites du tragique et de la volupté.

Christian Noorbergen

 

04 P6 la porte des rêves 65x53jpg - copie03 P5 Le Balcon Noir 81x65 V copie - copie02 pénitent bleu 100x8101 Le mur de Jericho 130x97 - copie

biographie

Né en 1938 en région parisienne. Enfance dans le Poitou. Enseignant (maths et sciences) à Poitiers jusqu’en 1976.

Amorce une carrière de peintre en 1967 avec une exposition personnelle à la galerie La Roue à Paris, préfacée par Jacques Lassaigne, et une participation à la Biennale de Paris

Nombreuses expositions et salons en France et à l’étranger.

Achats par Le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris et par le Musée des Beaux-Arts de Bordeaux.

Collections privées : Max Theret (fondateur de la FNAC), Samuel Becket, Jacques Chaine (Directeur Crédit Lyonnais), Marc Moyens…

Il crée, en 1981 à Poitiers, le magazine Artension, qu’il développe nationalement à Rouen de 1987 à 1992.

Il relance Artension à Lyon en 2001 pour une diffusion nationale, et le dirige jusqu’en 2010, date à laquelle il le vend à Jean-Luc Poncin du groupe de presse Martin-Médias.

A partir de 2010, il peut donc se consacrer plus entièrement à sa peinture tout en poursuivant son activité de critique d’art et d’essayiste.

 

Expositions personnelles récentes :

Galerie Nicole Evin – Lille (mars -2014)

Galerie Beranger-Tours (octobre 2015)

Galerie Duchoze – Rouen (décembre 2015)