Passion chinoise

 Jia Juan Li et Christine Fabre

en partenariat avec le Nouvel Institut franco-chinois de Lyon 

GALERIE LICENCE IV –  5 place du Gouvernement | Angle rue St-Jean | Lyon 69005 Vieux-Lyon

Du 14 février au 24 mars 2019 Vernissage le jeudi 14 février de 18h à 21h 

                                   

Christine Fabre et Jia Juan Li

Jia Juan Li est une artiste peintre chinoise qui est aimée et reconnue en France où elle vit six mois par an. Christine Fabre est une artiste céramiste française qui est admirée et reconnue en Chine où elle vient d’avoir une grande exposition au prestigieux Liuli China Museum de Shanghai.Il y a assurément dans ce croisement des « trajectoires », un lien, une complicité, une complémentarité entre ces deux artistes aux origines pourtant très éloignées géographiquement les une de l’autre. C’est cette connivence de fond, qui se situe au-delà des différences de culture, de mise en forme, de technique et d’écriture plastique, que nous souhaitons révéler dans cette exposition-rencontre entre la peintre, la céramiste. Il y a dans les images de bonheurs familiaux de Jia Juan Li, la touche sensuelle d’un Bonnard ou d’un Vuillard. Il y a dans les céramiques de Christine Fabre la puissance d’une ascèse formelle très asiatique. De cette rencontre, jaillira une lumière et une vérité partageables de l’orient à l’occident de cette terre.

Pierre Souchaud, écrivain d’art esssayiste

 

 

Carton Passion chinoise V2

 

__________________________________________________________________________

Janvier 2019

Epiphanies, les délicats vertiges de la lumière 

Martine Bligny & Christine Viennet

peinture céramique 

Martine Bligny

http://souchaudartprojectlyon.fr/wp-content/uploads/2018/11/Depliant-Epiphanies-P2-V2.jpg

Les peintures de Martine Bligny et les céramiques de Christine Viennet, telles de surprenantes épiphanies, sont des résurgences de vérités éternelles et de beautés intemporelles. Cette “Renaissance” de la lumière qu’elles nous proposent aujourd’hui est identique à celle à laquelle ont contribué, au 15ème siècle, Raphaël, Léonard de Vinci, Michel-Ange, Le Caravage et Bernard Palissy , et qui a su replacer l’homme et la nature comme sujets centraux de la création artistique.

Martine Bligny fait réapparaître, par le sfumato de fines couches estompées successives, comme les peintres de la Renaissance, des visages immémoriels à la volupté vaporeuse, comme des réincarnations du divin. Leur regard semble interroger intensément celui du spectateur et la réalité présente.

Christine Viennet, dédie son fabuleux savoir – faire à la faïence. Elle se dit “suiveuse” de Bernard Palissy, et perpétue la tradition des bassins de terre cuite à glaçure et “ à rustiques figulines”. Sa sculpture, tout comme le “Discours admirables de la nature des eaux et fontaines” de son maître du 16ème siècle, est un hymne permanent à la nature, qui magnifie ces “beautés du monde” que sont les fleurs, végétaux, oiseaux, batraciens, libellules .

Ces délicates “épiphanies” nous invitent , ici et maintenant, au délicieux vertige d’un voyage hors du temps et de tout lieu terrestre .

Pierre Souchaud, écrivain d’art et essayiste.

Du jeudi 3 janvier au dimanche 10 février 2019

vernissage le dimanche 6 janvier 2019  de 15h à 19h

Galerie Licence IV

5 place du Gouvernement – Lyon 69005 Vieux Lyon

Christine Viennet

Christine Viennet
Martine Bligny

 

 

________________________________________________________________

Grève blanche

la promesse de l’eau !

17 artistes et plasticiens nous invitent à la plage

Maurice Sage. Jean Marc Paubel. Marik Korus. Hélène Lagnieu. Brigitte Long. Paulina Fuentes Valenzuela. Awena Cozannet. Isabelle Leclercq. Rieja Van Aart. Simone Pheulpin. Daniel Airam. David Mansot. Christine Fabre. Bénédicte Vallet. Françoise Ferreux. Erik Barray. Sabine Feliciano.

Catalogue Greve blanche cliquez sur le lien

invitation grève blanche

 

    Greve Blanche

 

du 6 septembre au 21 octobre  2018

Galerie Licence IV

5 place du Gouvernement – Lyon 69005  –

quartier St Jean Vieux Lyon

Grève blanche    

 

Il est des œuvres d’art qui ont la pureté de concrétions minérales des grands  fonds marins. Elles ont l’apparence de ces organismes vivants, fixés à leur substrat nourricier, aux formes naturellement  aussi extravagantes qu’harmonieuses, hors du temps et de l’atmosphère terrestre.

On peut imaginer ces créatures arrachées de leur support par d’étranges forces telluriques, puis portées au gré des  courants océaniques, usées, lavées , fossilisées, et puis s’échouant après un long périple, sur une grève originelle, vierge de tout piétinement humain, déserte, silencieuse et d‘une absolue blancheur.

La grève blanche, c’est l’odeur de varech, la chevelure bruissante des dunes, le recommencement du monde et ce sentiment d’immense  liberté, d’évidence première, de clarté éblouissante. C’est la promesse de l’eau à la vie terrestre. C’est  l’offrande des océans dont l’homme guette, de son abri éphémère,  le miraculeux échouage, comme gage du pacte qu’il a scellé avec la mer depuis la nuit des temps. Ce sont ces œuvres, textiles, céramiques, photographiques, peintes ou dessinées, l’osier, les cabanes poétiues qui sont ensemble là, offertes à la lumière du  Soleil.

Pierre Souchaud

 

 

 

_____________________________________________

 

Pierre Souchaud et Christian Von Sydow

peintures et sculptures

du 29 mars au 29 avril 2018

Galerie Licence IV

5 place du Gouvernement – Lyon 69005  – quartier St Jean Vieux Lyon

Depliant Pierre-Von Sydow

—————————————————————–

Guillaume Couffignal & Jean Paul Souvraz
Au delà de l’admiration que l’un a pour le travail de l’autre, Jean-Paul Souvraz et Guillaume Couffignal ont en commun cette volonté de redécouvrir quelque mystérieuse origine de la beauté, du sens, de la pensée, de la vision, des comportements sociaux, des objets et de l’organisation du monde. Ils ont une même sorte d’attirance vers des cultures inabouties , vers un archaïsme libérateur de l’imaginaire et vers une exaltation primale des formes et des couleurs de la vie. Aux cérémonies picturales du premier, incantatoires, fauves, féroces, barbares, se joignent donc en toute connivence les barques improbables , les passerelles volantes, les théâtres magiques du second, pour une navigation rêveuse aux sources mêmes des grands fleuves nourriciers des mythes civilisateurs.

Pierre Souchaud

Communiqué presse Souvraz Couffignal V6

JP Souvraz
G Couffignal

 

 

 

_________________

Explorateurs et jardins perdus                   

du 19 Octobre au 12 novembre 2017

Les galeries de la Tour

16 rue du Boeuf  – Lyon 69005  –  Vieux Lyon

DOSSIER DE PRESSE

 Pour aller plus loin sur la connaissance des cabinets de curiosités

petite histoire des cabinets de curiosité

___________________________________________

Céramique et sculpture tout l’été

Eté 2017 galerie licence VIpdf

Brigitte Long – Jean Marc Paubel 

Claire Roger  Guillaume Couffignal 

Ghyslaine et Sylvain Staëlens

Bénédicte Vallet

 

______________________________________________________

Origin à La Caverne du Pont D’Arc

Vallon Pont d’Arc Ardèche

 du 18 décembre au 30 juin 2017

affiche-45x45

Les artistes évoquent la matière

L’exposition « ORIGIN » réunit   les œuvres de seize artistes peintres, sculpteurs, céramistes, photographe, verrier qui nous conduisent au plus près de ce lieu où s’ « origine » en effet   la mise en forme picturale, en cet endroit mystérieux où ils savent faire jaillir une certaine lumière capable de sublimer la matière, qui prend alors miraculeusement vie, sens et pouvoir d’expression artistique…Cette lumière qui, comme une étincelle de vérité éblouissante, naît de la fusion entre l’exactitude de la pensée du créateur et l’intensité de son émotion.

Ces seize créateurs explorent inlassablement les origines-mêmes de la beauté et ses raisons profondes, entre le hasard de la matière et la nécessité de la vie, en ce lieu du passage de l’inerte au vivant, mais aussi en ce moment où est apparu ce sentiment du sacré, partageable au-delà des temps et des lieux terrestres et qui, à travers l’art, a structuré les sociétés humaines.

Ainsi, “Origin” et la Caverne du Pont d’Arc, en confrontant l’art d’aujourd’hui à celui dit “de la préhistoire”, communient-ils dans une même interrogation sur les sources de la créativité de l’homme et de sa conscience d’être.

Pierre Souchaud 

Le catalogue des artistes  et  Dossier de presse 

origin_dp_compresse

web-origin-catalogue

Un invité surprise pour Origin  

cp-kan-invite-de-l-expo-origi

A l’occasion de l’inauguration de l’exposition ORIGIN le 18 décembre, l’allosaure « Kan » de 150 millions d’années sera présenté en avant-première à la Caverne du Pont d’Arc, avant de rejoindre les Jardins de Marqueyssac en Dordogne.
Un invité de choix pour Noël !
L’Allosaure arrivera à la Caverne du Pont d’Arc  et sera dévoilé au public le 18 décembre.

20170104_152605_resized

Art et spiritualité

Pour l’exposition Origin à La Caverne du Pont d’Arc

 Ce qui distingue l’Homme (Homo) des autres espèces animales, ce n’est pas la sagesse (sapientia, d’où sapiens), mais la spiritualité, c’est-à-dire la capacité et la volonté d’aller au-delà de soi-même et des simples nécessités de la survie pour poser sur le monde un regard interrogatif et interprétatif. Homo spiritualis nous conviendrait donc bien mieux… Pour nous distinguer des Néandertaliens, qui avaient une spiritualité eux aussi mais pas d’art reconnu, on pourrait nous ajouter artifex.

Que l’art soit le propre de notre espèce est une évidence. Pendant les temps glaciaires, les représentations laissées dans les grottes ou les abris, plus ou moins codifiées, permettaient le contact avec la réalité surnaturelle des croyances tribales. De nos jours, c’est l’artiste, avec sa personnalité propre, qui interprète le monde et le restitue, le recrée à sa façon, toujours nouvelle, toujours différente, suscitant une empathie plus ou moins forte chez les spectateurs que nous sommes.

Jean Clottes

Préhistorien écrivain et spécialiste du Paléolithique supérieur et de l’art pariétal. Conservateur général du Patrimoine, expert international d’art rupestre auprès de l’UNESCO et de l’ICOMOS, et Président d’honneur de la Société préhistorique française.

________________________________________

Réminiscences

du 2 février au 26 février 2017

Les galeries de la Tour 16 rue du Boeuf  – Lyon 69005  

quartier St Jean Vieux Lyon

   Les six artistes réunis pour cette exposition « Réminiscences » ont en commun cette volonté de faire resurgir une sorte de mémoire enfouie à la fois collective et personnelle, pour s’y ressourcer et y retrouver l’émotion d’une vérité intemporelle.

Leurs œuvres sont réincarnations de souvenirs fugitifs, d’irréalités rêvées, de figures disparues mythiques ou familières.

Les regards des portraits de Martine Bligny viennent du plus profond de l’être et du plus loin de notre histoire commune. Ils sont sont ceux du recueillement, du mystère, de la prière, de l’apaisement et de l’intériorité sereine. Quelque- chose comme une fragilité, qui permettrait de s’introduire à l’intérieur de l’image et dans ce qu’elle sous-tend d’irréalité, de rêve et d’intemporalité.

De l’argile pétrie par la main d’ Evelyne Galinski, surgissent des humains hors du temps, primordiaux, vêtus de la Terre même dont ils sont faits.Ils questionnent assurément nos origines, notre raison d’être, nos vanités contemporaines. Ils sont de matière autant terrestre que céleste, autant corporelle que spirituelle.

La peinture de Guy Brunet scrute les corps et les visages sans nom, les étreint, les bouleverse, les dépèce, les confronte, à la recherche d’une raison profonde, d’une vérité intime, d’un être intérieur. Ce qui fascine dans cette peinture , c’est cette sur-réalité de l’irréel, cette manière de pousser à son extrême la représentation visible pour capter l’invisible et saisir dans la pénombre de l’atelier,. Il y a de la magie et de l’envoûtement dans cette peinture faite de chair et de pensée

Les créatures contemplatives de Nili Pincas, à la fois distantes et étrangement familières, sont métaphores, quêtes spirituelles et rêves tout autant d’évasion que de retour apaisant à un bonheur terrestre révolu.

Dominique Bajard se réapproprie l’étrange beauté et la puissance mémorielle des squelettes de crânes, en les recréant dans une nouvelle dimension plastique, donnant ainsi libre-cours à son imagination et à ses talents de sculpteur-céramiste. L’utilisation du raku confère à ces Vanités une matérialité d’une fascinante présence.

Comme les œuvres d’Hubert Robert, peintre dessinateur du XVIII ème siècle, « chasseur insatiable » des ruines de l’Europe Antique, les photographies de Frédéric Jean, par leur cadrage et cette lumière dont il a su les nimber, sont une exaltation de cette mélancolie de nature « romantique » assurément que l’on éprouve à la vue des sites des somptueuses architectures gréco-romaines.

Il y a, en effet, chez ces six artistes, une mélancolie infuse propre à ce « nouveau romantisme » qui imprègne tout un pan de la création actuelle. Pierre Souchaud

________________________________________________________________

Origin  à Lyon

 14 artistes évoquent la matière à Lyon

Les Galeries de la TOUR 

16 RUE DU BOEUF LYON 69005 -VIEUX LYON 

du 30 janvier au 28 février 2016  inclus

video ORIGIN 

Cette exposition intitulée « ORIGIN » entend en effet, en proposant les œuvres de quatorze artistes comme véhicules de la pensée et de l’émotion, s’acheminer au plus près de ce lieu où s’origine la mise en forme artistique, en cet endroit mystérieux où la matière inerte prend miraculeusement vie, sens et pouvoir d’expression. Quatorze artistes chez lesquels, le sens naît de la fusion entre l’exactitude de la pensée et l’intensité de l’émotion.

Pierre Souchaud

 

Carton Origin 1 page.jpg

trois villes

Place du 8 mai 1945 – 69250 Neuville-sur-Saône

Partager :