Origin  

 du 18 décembre au 30 juin 2017

affiche-45x45

image004

Les artistes évoquent la matière

L’exposition « ORIGIN » réunit   les œuvres de seize artistes peintres, sculpteurs, céramistes, photographe, verrier qui nous conduisent au plus près de ce lieu où s’ « origine » en effet   la mise en forme picturale, en cet endroit mystérieux où ils savent faire jaillir une certaine lumière capable de sublimer la matière, qui prend alors miraculeusement vie, sens et pouvoir d’expression artistique…Cette lumière qui, comme une étincelle de vérité éblouisante, naît de la fusion entre l’exactitude de la pensée du créateur et l’intensité de son émotion.

Ces seize créateurs explorent inlassablement les origines-mêmes de la beauté et ses raisons profondes, entre le hasard de la matière et la nécessité de la vie, en ce lieu du passage de l’inerte au vivant, mais aussi en ce moment où est apparu ce sentiment du sacré, partageable au-delà des temps et des lieux terrestres et qui, à travers l’art, a structuré les sociétés humaines.

Ainsi, “Origin” et la Caverne du Pont d’Arc, en confrontant l’art d’aujourd’hui à celui dit “de la préhistoire”, communient-ils dans une même interrogation sur les sources de la créativité de l’homme et de sa conscience d’être.

Pierre Souchaud 

Le catalogue des artistes  et  Dossier de presse ci dessous cliquez

origin_dp_compresse

web-origin-catalogue

Un invité surprise pour Origin  à la Caverne du Pont d’Arc

cp-kan-invite-de-l-expo-origi

A l’occasion de l’inauguration de l’exposition ORIGIN le 18 décembre, l’allosaure « Kan » de 150 millions d’années sera présenté en avant-première à la Caverne du Pont d’Arc, avant de rejoindre les Jardins de Marqueyssac en Dordogne.
Un invité de choix pour Noël !

L’Allosaure arrivera à la Caverne du Pont d’Arc  et sera dévoilé au public le 18 décembre.

 

 20170104_152605_resized

Art et spiritualité

Pour l’exposition Origin à La Caverne du Pont d’Arc

 Ce qui distingue l’Homme (Homo) des autres espèces animales, ce n’est pas la sagesse (sapientia, d’où sapiens), mais la spiritualité, c’est-à-dire la capacité et la volonté d’aller au-delà de soi-même et des simples nécessités de la survie pour poser sur le monde un regard interrogatif et interprétatif. Homo spiritualis nous conviendrait donc bien mieux… Pour nous distinguer des Néandertaliens, qui avaient une spiritualité eux aussi mais pas d’art reconnu, on pourrait nous ajouter artifex.

Que l’art soit le propre de notre espèce est une évidence. Pendant les temps glaciaires, les représentations laissées dans les grottes ou les abris, plus ou moins codifiées, permettaient le contact avec la réalité surnaturelle des croyances tribales. De nos jours, c’est l’artiste, avec sa personnalité propre, qui interprète le monde et le restitue, le recrée à sa façon, toujours nouvelle, toujours différente, suscitant une empathie plus ou moins forte chez les spectateurs que nous sommes.

Jean Clottes

Préhistorien écrivain et spécialiste du Paléolithique supérieur et de l’art pariétal. Conservateur général du Patrimoine, expert international d’art rupestre auprès de l’UNESCO et de l’ICOMOS, et Président d’honneur de la Société préhistorique française.

 

les 16  artistes 

__________________________

 

Partager :