Explorateurs et jardins perdus

du 19 Octobre au 12 novembre 2017

Les galeries de la Tour

16 rue du Boeuf  – Lyon 69005  – quartier St Jean Vieux Lyon

DOSSIER DE PRESSE

couv-explorateurs-ok-web

Explorateurs et jardins perdus

Les artistes évoquent les longs voyages des aventuriers et les trésors trouvés, à destination des cabinets de curiosité

Il existe une connivence de fond entre les œuvres artistiques nées du libre envol de l’imaginaire et du rêve, et celles rapportées par les voyageurs en pays lointains et inconnus.

L’artiste et le voyageur sont ainsi compagnons dans une même exploration d’un au-delà de la proche réalité, dans un pays de mystérieuse évidence, dans cette autre dimension universelle et partageable, qui est celle de l’art et du sacré, qui est également celle permettant de découvrir les fantaisies formelles et les secrets intimes de la nature toute entière, qu’elle soit humaine, animale, végétale ou minérale.

Fantastique, exotique, poétique, onirique , sont les qualificatifs qui peuvent s’appliquer à chacun des artistes réunis dans cette exposition :les délicates dentelles pélagiques d’Odile Mandrette, la fraise collerette en soie de Sophie Guyot, ultime vestige civilisationnelle des conquistadors, le buste de terre d’Eric ChambonYannis Markantonakis et son galion en partance vers quelques Zanzibar ou Trinidad mythiques ; Guillaume Couffignal et ses embarcations célestes ; Véronique Bahuaud et sa luxuriante coiffe de quelque ethnie sub-tropicale; Bénédicte Vallet et ses blanches floraisons coralliennes ; Isabelle Leclercq et ses majestueuses concrétions coquillières ; Evelyne Galinski et ses mystérieuses sculptures, les fleurs géantes d’Elisabeth Gilbert Dragic, Alain Kieffer et ses statuettes anthropomorphes témoins de mystérieuses civilisations ; Paulina Fuentes Valenzuela et la solitude des conquérants des Nouveaux Mondes, les photographies des peuples des forêts de Karine MalatierClaire Roger et ses précieuses céramiques-talismans aux motifs entrelacés d’énigmatiques écritures ; Izabella Ortiz et ses cartographies des rêves des habitants de forêts impénétrables ; Christine Viennet et ses fabuleuses créatures remontées d’inaccessibles abysses ; Rieja Van Aart et ses photographies de belles rencontres entre débris d’existences en quête d’une nouvelle raison d’être ; Hélène Bret et son somptueux manteau d’empereur des hautes dynasties mandchoues ; Ghyslaine et Sylvain Staëlens et leurs tribus sauvages, surgissant ébahis de quelques obscures frondaisons calcinées , comme illuminés par leur brusque accès à la conscience d’être..

Pierre Souchaud

 Pour aller plus loin sur la connaissance des cabinets de curiosités cliquez ci dessous

petite histoire des cabinets de curiosité

critiquedart-1795

Les artistes                           Exotic Landscape

Ghyslaine et Sylvain Staëlens : sculpteurs plasticiens
Izabella Ortiz  : peintre dessins
Elisabeth Gilbert Dragic : peintures
Guillaume Couffignal : bronze pièce unique
Rieja  Van Aart – Paulina Fuentes Valenzuela  –  Karine Malatier : photographies
Bénédicte Vallet, Claire Roger, Isabelle Leclercq, Christine Viennet  et Alain Kieffer : céramiques et terres
Hélène Bret :  plasticienne textile dessinatrice en  archéologie
Odile Mandrette : plasticienne
Evelyne Galinski  : sculptures terre
Yannis Markantonakis : peintre et plasticien
Eric Chambon : sculpture terre
Sophie Guyot : créatrice soie
Véronique Bahuaud Chapotis : plumes coiffe parure tribale

 

mon partenaire

souchaud2017

Partager :