Alain Kieffer

Énigmatiques divinités

Les statuettes d’Alain Kieffer ont cette même présence étonnée d’être au monde, que celles surgies de sépultures datant de civilisations depuis longtemps disparues. Elles sont en parfait état de conservation et semblent se situer à la confluence de toutes les civilisations ayant pu exister . Elles sont porteuses d’une insondable énigme autant pour les archéologues que pour les historiens d’art qui y voient de mystérieuses parentés avec l’art pré-colombien, ou celtique, ou sumérien, ou égyptien, voire inuit.

Il y a dans cette statuaire, les traces de toute l’histoire des cultures et des spiritualités du monde. Il y a de l’animisme et du panthéisme dans ce qu’elle semble vouloir invoquer, évoquer ou représenter. Il en émane une sorte de ferveur religieuse familière, profane, syncrétique, joyeuse, ouverte et partageable… Comme si ces troublantes figurines au charme d’antiques divinités étaient l’expression d’une foi en l’humanité tout entière, passée, présente et à venir .

Pierre Souchaud

Je modèle et je peins sur trois accords 

    « Lors de ma courte formation en arts plastiques, j’ai appris l’essentiel de la terre et de la peinture: une liste scrupuleusement griffonnée et précise des choses à ne pas faire et que je me plais à approfondir.

    Voilà toute la base de mes travaux mais aussi ma philosophie de vie. Le défaut m’intéresse!

    Je me sens toujours et plus que jamais rocker. Je n’ai pas pour ambition d’être un virtuose, mais de dire et d’exprimer. C’est peut-être pour cette raison que je dérange les puristes, tant pis.

    J’ai des tonnes de choses à dire, des émotions à graver et à crier. Ainsi je prends mes ébauchoirs, mes pinceaux, le micro ou ma guitare, et je dis ce que j’ai à dire, le conscient et l’inconscient.

    La céramique vous apprend l’humilité. Elle vous fait rapidement comprendre que l’on ne maîtrise pas tout et que finalement, ce n’est pas si sérieux…

    J’expose depuis 2000 dans différentes galeries et musées en Europe. Mon travail actuel consiste à croiser des critères de beauté appartenant à différentes cultures (tatouages, scarifications, vêtements et signes religieux distinctifs). Ces codes culturels une fois mixés donnent des allures étranges et intemporelles à mes sculptures. »

Alain Kieffer

Partager :