Nili Pincas

Les créatures contemplatives de Nili Pincas, à la fois distantes et étrangement familières, sont métaphores, quêtes spirituelles et rêves tout autant d’évasion que de retour apaisant à un bonheur terrestre révolu.

Pierre Souchaud

Née en 1942 à Tel Aviv, vit et travaille à Paris.
Etudie à l’Avni Art Institut de Tel Aviv et à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris

______________________________________________________________________________

Son style figuratif est particulier. Le modelage est réaliste, les détails sont nombreux, la couleur apporte gaieté et douceur.

Son style figuratif est particulier. Le modelage est réaliste, les détails sont nombreux, la couleur apporte gaieté et douceur. Le sentiment de naturel est premier dans les sentiments exprimés comme dans le choix des situations. Nili présente la condition humaine avec douceur et tendresse. Mais le calme, la retenue des personnages sont souvent en décalage avec les situations créées. Une violence contenue, imprévue apparaît dans des scènes telles la marchande de pieds, dans les têtes cannibales ou dans les chutes. Les collages, les associations d’idées, les différences d’échelles créent une distance avec le réel.

L’interprétation surréaliste d’un sujet nous invite alors dans le domaine du rêve. Un canard, un chat, une jeune fille trouvent refuge au sommet d’un arbre trop petit. Les têtes, les visages, se multiplient et s’accumulent. Certaines pyramidales dévorent des corps ou tout au moins les emprisonnent.

Les yeux et la bouche envahissent les têtes lunes, rondes et plates, sans cheveux ni oreilles. Leur regard triste .se perd dans le vague; elles trônent au fait d’un tour ou supportent un autre personnage. Différentes scènes nous plongent dans un jeu subtil entre pudeur et perversion. L’innocence semble régner et Nili affirme travailler en toute spontanéité et pourtant rien ne semble laissé au hasard. Les choix de formes et de couleurs s’enchaînent pour devenir signifiants ,plus importantes. Animaux et individus appartiennent pourtant tous au même monde, un monde où tout semble simple et évident, mais où, peut-être, les choses se passent ailleurs. Les regards sont systématiquement largement ouverts, les yeux bleus sont écarquillés regardent au loin, béats, souriants, sereins …

Certaines séries sont plus symboliques. Les femmes intitulées maternités sont représentées debout, habillées mais une tête ou un masque sort de leurs jupes, comme d’une fenêtre, au niveau du pubis.

Pour créer, Nili doit se mettre en condition, c’est-à-dire en état psychologique de concevoir une sculpture. Pour nourrir ses rêves et ses fantasmes, pour toujours trouver une idée à développer, Nili voyage, visite les musées et les expositions, mais fait aussi du modelageavecdesmodèlesvivants.

Au-delà des bonheurs familiaux qui inévitablement nous attirent, parlant de notre quotidien, les sculptures de Nili Pincas sont à la fois l’expression de la tendresse, de l’humour parfois, fréquemment de la sérénité tout en gardant un espace de mystère et d’étrangeté.

 

Nicole Crestou

 

 

01-1 01 02-1 02 04 4web 05 7web 08 12 13 14

Un bonheur terrestre révolu

Les créatures contemplatives de Nili Pincas, à la fois distantes et étrangement familières, sont métaphores, quêtes spirituelles et rêves tout autant d’évasion que de retour apaisant à un bonheur terrestre révolu.

P. Souchaud

Partager :