Bénédicte Vallet

Délicates concrétions du temps

Le pouvoir de fascination des délicates porcelaines de Bénédicte Vallet, vient sans doute de ce qu’elles sollicitent une mémoire archaïque du monde en évoquant ce passage du minéral à l’organique. On y voit comme l’apparition de premières structures vivantes organisées et conscientes de l’être : efflorescences coralliennes, colonies de coquillages, invertébrés pélagiques aux formes extraordinaires mais viables, phénomènes de concrétion, de calcification, de sédimentation, de cristallisation d’ordre géologique… Ce sont les objets précieux et fragiles, comme destinés à une une prière intime qui permettrait d’arrêter le temps afin que le regard et la pensée puissent s’y dissoudre paisiblement.

Pierre Souchaud

______________________________________________

Diplômée des Beaux Arts de Nantes Design Environnement

Depuis 2006               Manifestations professionnels et grands publics, des circuits céramique et Métiers d’art

________________________________________________

C’est une démarche qui prend

sa source à travers un travail de

mémoire, lié à la lumière des îles.

Structure poétique, à la fois animal et

fossile .Habitacles abandonnés… Sculptures

mobiles et vivantes, s’articulant, se

repositionnant, de façon multiples dans

l’espace.. Sculptures aériennes ou échouées.

C’est l’idée toujours présente, de coudre

la porcelaine qui motive cette recherche,

s’associant à une réinterprétation de formes,

de textures naturelles et utopiques, de

tissages et d’accumulations de pièces.

Se rapprocher au plus près, de la confection

d’un textile céramique, en faisant

parler l’empreinte et le lien. Un jeu de

souplesse, un bruissement de sonorités.

Partager :